Archives de la catégorie ‘Remerciements’

Monsieur Guy JOSSE, nous a récemment contacté quant à la présence de JOSSE Étienne dans les troupes impériales françaises. Ce dernier, né le 3 janvier 1790 à Fontaine-l’Évêque, ayant servi au 24ème Régiment d’Infanterie de Ligne, ensuite au 25ème et au 10ème de la même arme, vient ainsi grossir les rangs de nos anciens militaires.

Jauchelette x 090

Acte de mariage de Jauchelette pour JOSSE Étienne

Jauchelette x 091

Acte de mariage seconde partie

Publicités

Nous tenons maintenant à présenter nos remerciements à Madame LEMAL, veuve Richard HORET, dernier président en fonction du Groupe « G », Région VII, Section 76 pour les archives sans prix historique qu’elle nous a confiées. Ces archives couvrent les secteurs 76 et 73 de ce groupe de résistance armée qui s’était consacré  au sabotage dont une bonne partie dans le secteur ferroviaire.

Groupe G 001

Couché et casqué, à gauche de la mitrailleuse, Richard HORET, engagé sous le prénom de son père Georges car encore mineur d’âge.

Reprenant ces archives, nous avons les noms, prénoms, dates et lieux de naissance, ainsi que la date d’affiliation officielle au Groupe « G », en faisant
remarquer que certains faisaient partie des FI (Forces Intérieures) ou AS (Armée Secrète), antérieurement à leur affiliation au Groupe « G ».

Bientôt, grâce à ces dernières, nous pourrons éclairer nos concitoyens et lever une partie du voile qui couvre encore la « Bataille du Terril » du 5 septembre 1944.

Nous remercions vivement monsieur et madame Durieux de Leernes, non seulement pour les anecdotes sur le métier de charron exercé par Liévin Durieux durant le premier et le second conflit mondial, mais aussi pour l’autorisation qu’ils ont donnée au C.H.A.F. de se servir de leurs archives familiales.

Parmi ces dernières, une collection complète de « PERSONAL AUSWEIS » qui constituèrent, pour nous Belges, les premières cartes d’identité officielles. Un des nombreux changements administratifs qu’allait nous apporter la Grande Guerre.

Lievin Durieux charron

Le premier ancêtre de nos cartes d’identité
Collection famille Durieux – Leernes

Pour des Croix de Feu 1914-1918

Publié: décembre 17, 2012 dans Remerciements

Suite à la parution, dans le dernier CONTACT, édité par la Ville de Fontaine-l’Évêque, nous avons été contacté par monsieur MELLAERT Daniel de Leernes. Ce dernier, aidé par son épouse Nadine PARANT, avait classé les Croix de Feu trouvés dans l’album de son grand-père, Armand NEUFORT, originaire de Marchienne-Docherie.

Médaille Neufort bNeufort armand portraitMédaille Neufort a

NEUFORT Armand, finit la Grande Guerre comme caporal au 3e Régiment de Ligne. Il était handicapé de la main droite car une balle l’avait traversée en pénétrant entre le pouce et l’index, pour ressortir dans le poignet. Il racontait souvent que sur l’Yser, il avait vu le Roi Albert dans les tranchées, près de ses hommes.

Sur la photo centrale, nous pouvons visualiser l’uniforme belge de l’infanterie de ligne, reconnaissable à ses coins rouges, avec liseré noir. Cet uniforme porte les boutons « au lion » et non plus les numéros régimentaires. Armand arbore la fourragère de l’Ordre de Léopold, dont la Croix fut décernée à son régiment.

Sur sa poitrine, de gauche à droite, la Croix de guerre avec palme, la Médaille d’Or de l’Ordre de Léopold II avec palme, la Médaille Commémorative de 14-18 et la Médaille de l’Yser.

Quelques mots sur cet homme. Il travaillait pour les charbonnages. Durant la semaine, c’est lui qui s’occupait des chevaux, les remontait et les descendait. Il adorait ces animaux. Mais il avait une autre fonction assez particulière, il était « rabouteu d’fosse »: toutes les semaines, on remontait les cages d’ascenseur des fosses de charbonnage plus haut que la normale. Dessous, on plaçait un « cufo » (tonneau) accroché par un câble au plancher de l’ascenseur.  Deux hommes y prenaient place et on descendait le tout jusqu’au bas de la fosse. Durant la descente, ces hommes étaient chargés de vérifier les glissières des cages.