Les ducasses d’antan.

Les ducasses d’antan.

par Roland Poliart

La Grande ducasse de Fontaine-l’Evêque.
Fin juillet, lors de la grande fête de Fontaine, tous les manèges et attractions se trouvaient principalement sur la Grand-Place (Place de Wallonie).
Une friterie et un petit carrousel étaient installés sur la place Frère-Orban.

Sur la place Charles Brogniez était installé le fameux « Octopus » (pieuvre) qui était pour son temps une attraction révolutionnaire.
Il s’agissait d’un énorme carrousel avec des nacelles articulées et situées au bout de bras également articulés.
Vu la vitesse et les sensations encourues au cours de la révolution du manège on était obligé de soutenir une bonne partie des participants à leur sortie des nacelles.
Une personne avec torchon et seau circulait autour du manège à l’arrêt pour nettoyer certaines nacelles.
Sur la Grand-Place on pouvait effectuer des tours en « autos skooter » (Autos tamponneuses).

On y rencontrait également des « luna park » avec jeux et machines à sous dont la mise était de 10 et 25 ct. ou 1 franc, des circuits de petites voitures à essence, des petits et grands manèges.

La tombola au cochon d’Inde

Quand la cage se lève le cochon d’Inde renfermé à l’intérieur va se réfugier dans un des nombreux compartiments numérotés, sur le côté.
Le gagnant qui peut remporter plats, poupées, casseroles, pots, vases, miroirs, etc… est celui qui possède en billets achetés à l’avance, le même numéro que la case où le cochon d’Inde est rentré.

Egalement des tirs à pipes, les miroirs déformants, ring de box fermé où quiconque pouvait prendre le gant, balançoires, baraque à frites (friterie ou friture), maison des horreurs, carrousel chenille, etc.
De nombreuses fêtes, concerts et animations ont également eues lieu sur cette place.

A citer les dernières activités : « Vil’Vacances » avec Jean-Claude Menessier, le 1100xe anniversaire de la ville de Fontaine-l’Evêque et la représentation du tirage au sort.
Anecdotes :
Lors d’une braderie les commerçants de la ville lancèrent une tombola qui avait comme premier prix une ascension
en ballon à gaz avec envol sur la Grand- Place.
Lors du décollage, la nacelle accrocha le clocheton du palais de justice (Scaillet) ce qui créa une grande frayeur parmi
la foule mais aucun incident dans la nacelle.
Lors d’un voyage en Provence, le bourgmestre de l’époque (Monsieur Parée) avait assisté à un feu d’artifice de jour.
Ce feu fut organisé lors d’une foire.
Il s’agissait de lancer à l’aide de fusées, des balles en plastiques et des petites poupées qui retombaient dans la foule
à l’aide de petits parachutes.

Ne pas oublier que le marché (en partie) à toujours lieu tous les mercredis sur cette place.

Ce marché antérieur au XIIIème siècle doit son origine au fait qu’il était situé à proximité de la route commerciale Anvers – Reims par Bruxelles, Nivelles, Valenciennes et l’artère commerciale et militaire : Cologne- Cambrai par Liège et Mons.
Ces routes étaient très fréquentées aux Xème et XIème siècle, ce qui permettait les échanges entre les marchands français et allemands.

 

 

Au XVII ème siècle, le marché se tenait deux fois par semaine.
La place accueillit de nombreuses autres activités telles la rentrée des Chasseurs à pied de Charleroi à la fin de la guerre en 1919 ainsi que le tirage au sort jusqu’en 1907.

 

 

Des processions et fêtes de gymnastique.

Implantation de différents cirques dont Bouglione, jeux de balle pelote et demi-dure, etc.
Pendant cette foire, des animations qui attiraient la grande foule, étaient présentées sur la Place de l’Esplanade,
au kiosque Otlet malheureusement disparu en août 1979 suite à un incendie.
On pouvait y admirer des spectacles tels que : groupe de clowns, prestidigitation et hypnose, des concerts, des crochets, des bals, spectacle de perroquets, diseurs de bonne aventure, fanfares, orchestres de bal.
Un plancher pour la danse était installé face au kiosque.
Cette place était ceinturée par un ensemble de lampes multicolores ce qui procurait le soir un grand air de fête.
Le mercredi de la « ducasse » il était de coutume que tous les fontainois se retrouvent à l’Abbaye d’Aulne dans les cafés, restaurants et guinguettes : au Tourlourou, au Murmure des Forêts, chez Victor Seutin (face à la voûte),
à la Villa des Touristes chez Mme Marie Lixon (face à l’écluse), chez Leblond, au Bois Joli, au Solitaire, au Pavillon Vert (actuellement le 1900), les « Buissonnets », etc. On s’y rendait principalement à pieds mais aussi à vélo.
On ne ratait pas de s’arrêter à la « baraque à frites des Reconnu » et l’on pouvait y déguster entre autres de la
« Bam Pils et la brune Extrallié de la brasserie des Alliés à Marchienne, de la « Saison Régal », de la Krieck, du « stout »,
de la Nounou, de la Grenier, de la Noël des Ouvriers Réunis, de la Saison Cow-boy de chez Ponselet, de la Super Bavery de Couillet, la Cuvée de l’Ermitage, de la Trappiste de Chimay, etc….
Les plus jeunes s’adonnaient principalement à une plongée et nage dans la Sambre tandis que les autres effectuaient
un tour en barques avec rames.
Cette possibilité était réalisable suite à l’aménagement des berges de la Sambre située derrière le Pavillon Vert actuel.

La fête de Fontaine se terminait toujours par le grand feu d’artifice tiré sur la Place de l’Esplanade.

Détail d’une affiche de 1947 concernant la fête de Fontaine.

Du samedi 26 juillet au mercredi 30, ouverture du champ de foire avec au Kiosque de l’Esplanade à 19h00 :
Grand Crochet éliminatoire pour amateurs doté jusque 1500 frs de prix.
Diffusion : Godeau E.
Le dimanche, 18h00 : Tournoi Provincial d’Art Musical avec les fanfares « Le Réveil » de Chapelle-lez-Herlaimont sous la présidence de François Josse, la Fanfare Ouvrière de Fontaine sous la présidence de Alexandre Goffaux et la Fanfare Libérale Progressiste de Fontaine-l’Evêque sous la présidence de Léopold Libotte.
21h00 : Bal champêtre sur piste cirée.
Grande illumination par la Maison Denamur.
Le lundi chez Veuve Navez Auguste, rue Maraîchère la mise en loges pour le concours de pigeons « Saint Quentin » sous la présidence de Louis Lepage.
Place des Gaulx à 15h30, grand concours à la balle pelote avec Souvret Espoir, Courcelles et Fontaine-l’Evêque.
Place de l’Esplanade à 18h30, grand gala chorégraphique donné par les Germinettes du Théâtre Varia de Jumet.
A l’entracte, finale du crochet.
21h00 : Grand bal.


Mardi : Place des Gaulx chez Francq Joseph mise en loges pour le concours de Saint-Quentin offert aux amateurs
des communes environnantes.
Place de l’Esplanade : 18h00 : Brillante audition musicale avec la Royale Lyrique et l’ Accordéonist’ Club Fontainois.
21h00 : Bal populaire. Illumination féérique.
23H00 : Feu d’Artifice monstre.
D’autres festivités dont la ducasse du « Trieux des Bois » seront présentées dans un prochain numéro C.H.A.F.

Sources : notes personnelles.
Photos : Collection Roland Poliart.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Extrait revue N° 29
Publicités