Liste de Gentilés

Liste de Gentilés(1)
suivie de leurs gentilés-spots(2)

par Roland POLIART

En exemple.

► Les «Coquîs » pour les gens d’Acoz.

Au début du siècle dernier, comme dans beaucoup de villages de Wallonie, on faisait chanter les coqs.
Dans le village d’Acoz, un groupe folklorique s’était formé et prestait lors de carnavals dans la région.
Ils étaient habillés du sarrau bleu, de sabots et se baladaient avec la cage qui servait au transport de leur coq
de concours.
Une chanson intitulée « Les Coquîs d’Acoz » avait été créée à cet effet.

► Un autre sobriquet cynégétique(3) est celui des indigènes de Piéton : les « Cacheux » (Chasseurs).
Au commencement du cercle dernier, les fermiers de ce village se réunissaient en un groupe représentant des chasseurs pour figurer à la procession, ou « grande marche » de Saint-Médard, qui avait lieu à Anderlues, chaque année le 8 juin.
De semblables figurations en ce cortège, mi-civil, mi religieux, avait valu les épithètes de « Grenadiers » aux habitants
de Buvrinnes, de « Cavaliers » à ceux de Chapelle-lez-Herlaimont, et de « Cosaques » à ceux de Forchies-la-Marche.

► Les « Panses brûlées » pour les gens de Fontaine-l’Evêque

Jusque dans les années 50 beaucoup de petits artisans fontainois battaient le fer chaud sur des enclumes afin de fabriquer toutes sortes de fers forgés (clous, serrures, ressorts, chaînes, etc…).
Lors de leur travail, des étincelles fusaient dans tous les sens et allaient brûler leur tablier en cuir ou en toile de jute, en provoquant des petits trous, d’où le nom de « panses(4) brûlées ».

►Les « Blancs d’gilets » : personnages représentant la bourgeoisie fontainoise.
Ils étaient de profession libérale, directeurs d’usines ou de charbonnages, gros marchands de fer, de clous et de tout
ce que le petit forgeron fabriquait.
Ils portaient toujours la chemise blanche et cravate ou petit nœud ainsi qu’un gilet sans manches.
Un groupe carnavalesque « les Blancs d’Gilets » a également existé à Fontaine et sortait, accompagné d’une viole
de Binche(5), lors du carnaval à la Lætare.

 

Légende

1) Gentilé : Nom donnés aux habitants d’une ville, d’un village.
2) Gentilé-spot, sobriquet : sous entendu calembouresque (entendu sur les lieux).
Appellation donnée aux habitants suite à une légende ou un évènement qui s’est passé dans la ville ou le village
3) Cynégétique : Qui concerne la chasse avec une meute.
4) Panse : Patois wallon voulant dire le ventre.
5) Viole de Binche : orgue de barbarie dont le soufflet et les claviers sont mis en jeu par un cylindre mû à l’aide d’une manivelle ou « manique ».
 Le cylindre est lui-même constitué d’un rouleau de bois recouvert de pointes de cuivre.  A Binche, le joueur de viole est appelé « maniqueu » ou dj’weû d’viole.

VILLES ET VILLAGES

GENTILES
(NOM DES HABITANTS)

SOBRIQUETS

Acoz Acozien(ne)s les Coquîs
Aiseau Aiselien(ne)s
Anderlues Anderlusien(ne)s les Bourletîs
Aubel Aubelois(es) les Pipekop, les Têtes de pipe
Barbençon Barbençonnais(es) les Cul d’chaudrons ou les Cul d’ casseroles
Baulet Bauletois(es) les Pagnatîs
Beaumont Beaumontois(es) les Tchos, les Chitoux
Berzée Berzéen(ne)s les Berzotias
Biesme-sous-Thuin Biesmoi(se)s les Bienheureux
Bouffioulx Baffolonien(ne)s les Buffalos
11 Buvrinnes Buvrinnois(es) les Grenadiers
Carnières Carnièrois(es) les Sots
Chapelle-lez-Herlaimont Chapellois(es) les Cavaliers, les T’chats
Charleroi Carolorégien(ne)s les Charwètîs, les Bourjwès
Châtelet Chateletin(e)s les Tcheslotis
Chatelineau Castellinois(es) les Pèleux
Chimay Chimacien(nes)s les Chitards
Couillet Couillettois(es) les Couy’tîs
Courcelles Courcellois(es) les Mindjeus d’tarte adeus mangn
Cour-sur-Heure Courtis les Bidodus
Erquelinnes Erquelinnois(es) les Cabots
Fleurus Fleurusien(ne)s les Bernardins
Fontaine-l’Evêque Fontainois(es) les Panses brûlées et les Blancs d’gilets
Forchies-la-Marche Filamarchois(es) les Forchieurs et les Cosaques
Gerpinnes Gerpinois(es) les Bourjwès
Gilly Gillicien(ne)s les Gayolles raffa pépins
Gosselies Gosselien(ne)s les Thos et les Cass’roles
Goutroux Goutroussien(ne)s les Mougneux d’ racennes, les Cocotîs
Gozée Gozéen(ne)s les Bieux
Ham-sur-Heure Hamois(es) les Bourkîs
Jamioulx Jamelovien(ne)s les Lotcheux
Jumet Jumétois(es) les Bleus et les Sarrazins
La Docherie Dochard(es) les Longues Pennes ; les Ti et les T’mem
La Louvière Louvièrois(es) les Loups et les Louves
Landelies Landelins les Cwarreux ou Cwarlîs (Tailleurs de pierres)
Leernes Leernois(es) les Pindarts
Leugnies Lunisien(ne)s ou Leugnien(ne)s les Tchats
Leval Levalois(es) les Gens del Vaux ou de Trahegnière, les Plats pîs
Leval-Chaudeville Levallois(es) ; Chaudevillois(es) les Cabots delvau
Lobbes Lobbain(e)s les Mougneux d’pètates
Lodelinsart Lodelinsartois(es) les Vias du Sar
Louvain-la-Neuve Néo Louvanistes
Marbais-la-Tour Marbaisien(ne)s les Leux
Merbes-le-Château Merbien(nes)s les Fracs à pan
Montignies-sur-Sambre Montagnard(e)s
Montigny-le-Tilleul Montagnard(e)s les Maricots
Mont-Sainte-Aldegonde Aldegondois(es)
Mont-sur-Marchienne Mont-sur-Marchiennois(es) les Poutrins
Nalinnes Nalinnois (es) les Marloyas
Neufchâteau Chestrolais
Piéton Piétonnais(es) les Cacheux (chasseurs)
Pont-de-Loup Lupipontain(ne)s
Ragnies Ragnicoles
Renlies Renlisien(ne)s les Riches
Rognée Rogneux -Rogneuses
Roux Rovien(ne)s
Solre-Saint-Géry Solrésien(ne)s ou Solrézien(nes) les Turcs
Solre-sur-Sambre Solrézien(ne)s les Tchins d’ sourds
Souvret Souvretois(es) les Mingeux d’cheux
Strée Srétois(e) les Pleins d’puces et aux Marzelles : les Crapès
Thiméon Thiméonais(es) les Cindrès
Thirimont Thirimontois(es) les Asblouis
Thuin Ville Basse Thudinien(ne)s les Makas
Thuin Ville Haute Thudinien(ne)s les Catulas
Trazegnies Trazégnien(ne)s les Coûrbaux
Viesville Viesvillois(es) les Sarrazins

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Extrait revue N° 24

Publicités