Blessés français prisonniers en Allemagne par Alain ARCQ

Le train sanitaire pour l’évacuation des blessés

C’est le 22 septembre qu’un « énorme » médecin allemand vient visiter l’ambulance de Fontaine, accompagné de son épouse, d’une taille en rien inférieure à la sienne.

S’arrêtant au pied de chaque lit quelques secondes à peine, il prononce ce mot avec un fort accent guttural « transportabel ». Seul Jean Sarramoune du 28e RI, 2e bataillon, 18e Cie, agonisant depuis quinze jours d’une balle dans la boite crânienne est épargné. Il décèdera à l’hôpital de Fontaine-l’Evêque le 30 septembre à sept heures du soir.

Le Major précise alors, par l’intermédiaire de l’interprète, qu’un train sera présent le lendemain, dès huit heures du matin, en gare de Fontaine-l’Évêque pour transporter les blessés à Liège.

Le lendemain matin, 23 septembre, le train se trouve en gare dès le point du jour. Nous retrouvons ici Johan Valentine, directeur d’école à Osnabrück, du Landsturm Bataillon d’Osnabrück, qui avait été soigné à l’ambulance et qui est responsable de ce transport. Le train doit partir avant 10 heures !

Le train dit « sanitaire » n’est qu’une suite de six wagons à bestiaux, non lavés ni aménagés pour le transport des blessés. Mais je laisse la parole au docteur Hautain.

« Sans perdre un instant, nous préparâmes pour chacun de nos blessés trois paquets d’aliments, destinés à trois repas, un pour ce jour-là, deux pour le lendemain. Chaque soldat, Allemand comme Français, reçut un petit flacon de vin blanc, de cet excellent vin blanc dont le généreux M. Loiseau, de la place du Préau, nous avait envoyé un plein tonneau reçut par lui quelques jours avant les tragiques événements.

Nos brancards servirent de lits à nos fracturés, dont le transport devait encore être bien pénible dans ces dures conditions. Les plus faibles reçurent une couverture de laine, qui les protégea utilement contre le froid de la nuit car, le « train sanitaire » n’arriva à Liège que le lendemain dans l’après-midi. Dans chaque wagon nous plaçâmes un urinal et un vase de nuit, et si, vraiment, le train eut alors quelque chose de « sanitaire », c’est bien à nous qu’il le dû ».

Liste des soldats français du 28e Régiment d’Infanterie étant prisonniers par les Allemands, ou rapatriés suite à la gravité de leur(s) blessure(s).

par Alain ARCQ

Les sources de ce document consistent en la collection complète de la « Gazette des Ardennes », sous la forme des scans des documents originaux, imprimés sur papier de faible qualité dont les caractères de plomb utilisés en typographie ont parfois rendus la lecture impossible. La liste de noms ci-après est probablement incomplète à cause de cette qualité d’impression, mais également par les erreurs commises tant à la copie, qu’à la transcription des noms par les différents imprimeurs. Il n’est pas exclu que j’ai, moi-même, commis quelques erreurs lors de la lecture des quelques 255.000 lignes constituant la base de données de cet ensemble.

Nous avons ici le résultat des trois premières années de guerre retranscrites soit 1914, 1915 et 1916, retranscrites dans cette fameuse « Gazette des Ardennes » au cours de 1915 et 1916.

Gefangenschaft_in_Limburg_1917

Gefangenschaft in Limburg 1917

1915

Nom

Prénom

Grade

Lieu de naissance

Département

Camp de prisonniers

Référence Gazette des Ardennes N°

70 Vautrin Maurice Sdt Paris Goettingen 490
72 Cochelin René Sdt Andresy Goettingen 495
74 Levard   (Levrard) Maurice Sdt Chaise-Dieu du Theil Orne Limburg A/Lahn 231
81 Deloye (Delloye) Georges Lieutenant Albas Lot Mainz 240
107 Allibert Henri Caporal Paris Zerbst (Anhalt) 279
108 Duchesne Edmond Sdt Evreux Eure Zerbst (Anhalt) 279
207 Rouiller   (Rouillé) Auguste Rouen Seine-Inférieure Blessé rapatrié   jambe droite amputée 368
228 Suaud (*) Georges Sdt Levallois Seine Ohrdruf I/Thur. 420
327 Loridon Wilfrid Caporal Paris Muenster   I/Westf 596
398 Rigal Hector Sdt Blessé rapatrié balle à l’épaule droite 774
417 Roussel André Caporal Evermen Seine-Inférieure Sennelager   I/West 820
Noël 1916

Timbres en faveur de la Croix Rouge française édités pour la Noël 1916

1916

Nom

Prénom

Grade

Lieu   de naissance

Département

Camp   de prisonniers

Référence   Gazette des Ardennes N°

440 Suaud Georges Blessé rapatrié fracture à la cuisse droite 026
486 CochelinVOIR N°228 René Blessé rapatrié Main droite paralysée 088

(*) Marqué à tord  inf.83 dans la gazette. Soigné à l’ambulance de Fontaine. A écrit au docteur Hautain du camp d’Ohrdruf.

Au moment où s’arrête temporairement cette étude, le 28e Régiment d’Infanterie a déjà eu un minimum de 704 prisonniers recensés par les Allemands et placés en internement.

Munster a

Camp N°2 de Munster in Westfalien

Munster b

Camp de Munster In Westfalien – Sortie du matériel de couchage pour aération.

Munster c

Camp de Munster in Westfalien – Sortie de la messe.

commentaires
  1. Pierre dit :

    Magnifique travail de recherche. Félicitations pour tous ces travaux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s