L’Église Saint Martin de Leernes, présenté par Jacques METTENS

église vers 1908

La place Degauque, vers 1900, était encore vers 1900 un champ de repos.(voir la place communale de Leernes par Michel Mairiaux C.H.A.F. n°6). Autrement dit, c’était le cimetière communal. Voici la mise en bouche pour la visite de l’église toute proche.

place degauque

Place Degauque (ancien bourgmestre de Leernes) en 2009
Photo © Jacques Mettens

Le mur d’enceinte de l’église, à l’origine, était en briques, plus tard il fut remplacé par un mur en pierres et finalement une ouverture fut créée pour y installer le monument à la mémoire des héros de la guerre 1914- 1918. Au-dessus de la place, on peut voir la maison de la laïcité, ancienne maison communale qui jadis était un presbytère construit par un curé nommé Baudhuin Le Roy et donné en succession aux autres prêtres de la commune.

Nous suivons l’allée centrale bordée d’arbres. Devant nous le porche, à notre droite on peut voir une pierre funéraire enchâssée dans le mur et dédiée à Jeanne Andrien datant de 1578, elle représente, dans sa partie supérieure, le Christ en croix avec la Vierge et Saint Jean de chaque côté, agenouillés, en dessous d’eux on remarque cinq personnages. Dans sa partie inférieure, une inscription, presque illisible, mon mentor me la traduit :

« devat gist et reposat le corp de Jane Andrien en son temps espeuse a Valérin de Dapremy laquelle trespassa le 17e jour de septemdre en 1575 (ou 1578). Priez Dieu por leurs âmes »

Au dessus une autre pierre plus récente où on peut lire:

église pierre 2

« Lecteurs,ayez pitié Des ces

trepassez cy devant reposent

les corp de Jean Roger décédé le

dernier 7 bre 1706 et de Suzanne du

marteau so épouse décédée

le 2me de l’an 1718

Priez Dieu pour leurs âmes. »

Nous allons prendre le chemin en pavés qui tourne autour du bâtiment ce qui se fera dans le sens horlogique. Avançons et levons les yeux, on remarque des lignes de maçonnerie qui nous montrent qu’il existait anciennement à cet endroit 3 chapelles. Continuons notre trajet pour nous trouver devant une chapelle protégée par une grille en fer, restaurée en 1938. Elle représente « Le bon Dieu de pitié» et on peut y voir un Christ en plâtre.

église porte

A côté de cet ensemble une annexe fermée par une grosse porte en bois. A l’intérieur de cette annexe, une ouverture permettait d’assister à la messe.

Celle-ci fut construite sur la demande de Madame de la Jonchière lors de la perte de son jeune enfant. Cet espace s’appelle « Le Trou Madame ». Sur le linteau de la porte nous pouvons lire à droite la date de 1621 ainsi que les armoiries de la famille de la Jonchière (un écu entouré d’un cartouche et chargé de trois roues).

Continuons notre petite promenade, nous sommes derrière la sacristie qui fut ajoutée au 18e siècle. Un incendie ravagea le chœur. Baudhuin le Roy curé de l’époque la fit reconstruire de 1610 à 1663. La consécration de l’autel eut lieu le 30 juin 1617.

Nous passons devant la pierre tombale de Monsieur le curé Remy décédé en 1888.

église porte bois

Nous apercevons maintenant une belle porte en bois qui aboutit dans la nef centrale (incendiée par des énergumènes il y a quelques années).

Nous longeons la tour du XIe siècle qui supporte le clocher et qui, dans sa partie la plus épaisse mesure 2,5m d’épaisseur, le millésime inscrit dans les traces de maçonnerie nous indique JOTTE l’an 1590.La deuxième tombe est devant nous, dédiée à Boulanger N et datant de1886. Entrons dans l’église par une double porte cochère en chêne, décorée d’une colonne centrale et de deux fois trois colonnettes, de sculpture différente mais placées symétriquement sur les battants. Cette porte serait du 16e siècle et proviendrait soit de l’Abbaye de Lobbes ou de l’Abbaye d’Aulne, ce qui n’est pas impossible.

Ce qui est certain c’est qu’elle n’a pas été construite sur place, mais très bien ajustée par des ouvriers très compétents.

Nous sommes dans l’église et prenons la nef centrale, nous nous trouvons devant le nouvel autel au-dessus duquel une grande croix moderne en chêne est suspendue. Reprenons notre sens horlogique, nous contournons les bancs de communions, provenant du Collège Saint Vincent de Soignies et datant de la fin du 19e siècle (un banc porte une plaque en cuivre sur laquelle nous pouvons y lire « A la mémoire de ma sœur Hortense Maton. Priez Dieu pour son âme ». Ils sont en bois sculpté et représentent les symboles de la passion.

Encore quelques pas et nous sommes devant le maître-autel (il date du 18siècle dans le style du 15e siècle) au-dessus duquel trône un tableau non signé provenant de l’Abbaye de Villers-la-Ville et qui daterait du 18e siècle. En dessous trône le tabernacle (du 2e quart du 20e siècle). Nous regardons les vitraux (une petite étude sera faite prochainement).

Voici la sacristie, au dessus une première pierre sur laquelle est gravé un écu portant, sur champ de gueules, un chevron d’or, accompagné en chef de deux étoiles à six rais d’or et en pointe sceptre en sautoir. Au dessus de l’écu on peut lire (COGITA MORI et en dessous, MAISTRE BAVLDVIN PASTEVR DE LERNE, A FAIT ERIGER C EST EPITHAE EN MEMOIRE DE FEU JEAN LE ROY, SON PERE, QUI TREPASSA LE 25 DE NOVEMBRE L’AN 1615 ET DE JEANNE DELHAYE, SA MERE, TREPASSEE LE 23 JANVIER 1625. PRIEZ DIEV POVR LEVRS AMES. ET LE DIT PASTEVR EST DECEDE LE 14 DE FEVRIER 1663 (une pierre sur laquelle est gravée, un Christ en croix et trois prieurs, dédiée à Baudhuin le Roy, pasteur de Leernes, et à ses parents 1615-1625-1663). Au – dessus de la porte nous retrouvons le blason de Denis de la Jonchière (3 roues), les deux clefs de voûte du choeur sont décorées des armoiries de la famille Jonchière-Hertoghe (2 têtes de cerfs). Vers le milieu du chœur, sur des socles encastrés dans le mur, 2 angelots. Ceux-ci appartenaient à un chariot de procession, ils étaient au nombre de 4 et ils soutenaient un dôme.

Nous quittons le chœur et passons devant la chaire de vérité datée du 19e siècle et représentant 4 évangélistes (St Marc, St Mathieu, St Jean et St Luc). En levant les yeux nous voyons un trou dans lequel passait une corde pour activer la cloche (appelant les fidèles à l’office religieux), celle-ci fut volée. Nous passons devant l’autel de droite appelé autel Saint Joseph, celui-ci est du 18e siècle et la table du 19e siècle. La statue de St Joseph (récemment restaurée) est entourée de celles de St Hubert et de St Éloi, toutes deux datant du 19e siècle.

A droite on peut voir une crédence de style ogival géminé du XVe siècle, dégagée lors de la restauration de 1948. C’est une ancienne piscine destinée à contenir l’ eau du baptême. Les piscines ont progressivement disparu (vers le XVe siècle) des églises, pour faire place aux cuves que l’on connaît actuellement.

Nous passons devant un premier confessionnal et apercevons devant nous la chapelle dédiée à Saint Quirin.

Se présente au-dessus de nous, le jubé, reconstruit en 1846 suite à sa vétusté, ensuite la porte d’entrée de la tour est un remarquable et rarissime travail de sculpteur du 12e siècle représentant le sacrifice d’Abraham et s’apparentant aux personnages figurants sur le linteau du porche de la Collégiale de Nivelles. Cette pièce porte l’inscription en latin : RES MIRANDA SATIS FIT FILIUS-MOSTIA PATRIS-EN CRUSIS lN SIG DUPLEX M COLLIGO. Qui peut se traduire par Chose admirable, le fils devient la victime de son père. Et voilà dans le signe de la croix, je trouve encore ce mystère.

Voici maintenant les fonts baptismaux dont la base en pierre, est du 16e

siècle, on peut y lire « CI GIST / B ( N)CRPC …P(A) SA ET JANE … SA FEME « ce qui ferait penser à la récupération d’une ancienne pierre funéraire. La cuve en pierre est du 15e siècle et le couvercle est en laiton battu. Nous nous dirigeons vers le deuxième confessionnal et nous voyons devant nous l’autel de la Sainte Vierge qui date du 18e siècle et remanié au 19e siècle. La statue de la Vierge est récente, à gauche la statue de Saint Martin patron de la paroisse qui vécut au 4e siècle, à droite la statue de Saint Quirin, vénéré chez nous( il vécut entre le 1er et 2e siècle) ces deux statues datant du 19e siècle.

Nous rejoignons la nef centrale pour sortir par la nef latérale tout en remarquant que nous marchons sur des pierres tombales 5 sont illisibles et les 2 autres portent l’une le millésime 1720 et une autre 1778. On peut y lire :

MRC FRANCOIS JOSEPH

PASTEUR DE LERNE

A FAIT POSER CETTE PIERRE

EN MEMOIRE

DE SIMON HAVAY SON PERE

DECEDE LE 17 7BRE 1720

DE MARTE JOSEPH HAVAY

DECEDE LE 13 MAY 1726

DE CATHERINE SES SOEURS

DECEDEE LE 19 MAY 1720

TOUS TROIS ICY lN SEPULTURE

REQUIESCANT lN PACE AMEN

Voilà nous sortons, tout en regardant le chemin de croix en terre cuite polychromé datant du 19e siècle, acheté par monsieur Moureau curé de Leernes de 1955-1973 et placé par Monsieur Zénon Lizen instituteur à l’école communale pour garçons et président de la Fabrique d’Église.

La visite est terminée, n’oubliez pas le guide !

st quirin

 

Publicités
commentaires
  1. Heraldique dit :

    Merci pour ce joli compte rendu,
    au plaisir de vous lire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s