Richard Horet

Un citoyen d’honneur
de la Ville
de Fontaine-l’Evêque nous a quitté

par Alain Arcq

 

Richard HORET est né à Forchies-la-Marche le 16 juillet 1925.
Fils de Georges HORET, Combattant de la Grande Guerre dont la poitrine se glorifie de décorations et de citations amplement méritées, son père lui apprend très tôt à se servir d’une arme et Richard devient un très bon tireur,
ce qui lui viendra à point plus tard.
Lorsque la Belgique est envahie pour la seconde fois, en mai 1940, Richard n’a pas encore 15 ans mais son sang ne peut que bouillir dans ses veines.
Dès le mois d’octobre 1943 il est reconnu comme membre de l’U.P.B. (Union des Partisans Belges), groupe d’action dont il fait partie depuis quelques temps mais dont on amputera ses services vu son jeune âge (moins de 18 ans).
C’est d’ailleurs sous le prénom de Georges, celui de son père, que Richard s’est engagé dan la clandestinité.
Contacté par M. HACHEZ, notre ami Richard rejoint le Groupe G, groupe de sabotage armé s’il en est.
De Piéton à Monceau-sur-Sambre, son groupe est fort actif car, en quelques semaines, il n’effectue pas moins de six sabotages sur les voies ferrées, tant sur le matériel roulant que sur le matériel fixe.
Septembre 1944 : La Libération !
Quels moments que ceux là, quels moments ou de l’action de sabotage on passe à la résistance armée et où on ose
faire face à l’ennemi à visage découvert !.
Ses combats sont multiples :
Bois des Sapins, Bois du 14, Bois de la Marche et le 5 septembre, la Bataille du Terril à Fontaine-l’Evêque.

 

 

Richard Horet casqué
et couché à gauche
de la mitrailleuse.
A genou,
avec une casquette,
René Tordoir et couché
Achille Van Malderen.
Nous ne connaissons pas
les autres résistants.

 

 

Le Groupe G est à Piéton lorsque l’on vient les prévenir que des résistants de Fontaine subissent de lourdes pertes
en essayant de chasser des Allemands du terril du N°1.
Avec 40 de ses camarades, Richard fonce sur place grâce aux voitures dont dispose le groupe.
Richard est à la mitrailleuse avec son ami Achille Van Malderen.
Cette dernière entre aussitôt en action. Lorsqu’il faut franchir le mur du cimetière, Richard marque une courte hésitation, lui qui avait tout d’un gymnaste.
Plus tard il avouera que jamais mur si bas ne lui avait semblé si haut.
C’est grâce à l’intervention de ce groupe de partisans que les Allemands se rendent, après avoir semé la mort autour d’eux.
La paix enfin revenue, Richard peut penser à l’avenir.
Le 13 mai 1950, il épouse Lucienne LEMAL de Leernes.
En l’épousant, cette dernière ignore encore qu’elle épouse également la cause du Groupe G et les motivations patriotiques de son mari.
Le 3 août 1957 né Myrielle, leur fille unique qui leur donnera par la suite une petite-fille, Florence.
Mais Richard s’investit dans le Souvenir des Anciens.
Emile ARTIELLE, d’Anderlues, lui cède bientôt le poste de Président du Groupe G, Section 76.
C’est déjà Richard qui préparait et faisait tous les discours.
Les services rendus par Richard HORET, si nombreux soient-ils, ont été reconnus par l’Etat, mais aussi par d’autres nations comme la France, les Etats-Unis d’Amérique ou l’ex-Yougoslavie.
Fièrement, il pouvait arborer les Ordres et Médailles suivants :

  • Officier de l’Ordre de Léopold
  • Officier de l’Ordre de la Couronne
  • Médaille du Volontaire de Guerre-Combattant avec barrette d’argent 1940-1945
  • Médaille de la Résistance
  • Médaille Commémorative 1940-1945 avec deux sabres croisés
  • Médaille Commémorative Général Georges Patton pour services rendus à la 3ème Armée U.S.
  • Médaille Commémorative Général Eisenhower pour services rendus aux troupes U.S. sous ses ordres
  • Médaille de Résistance-Fer française pour actions dans la Région Nord
  • Médaille d’Or du Mérite ANRCF avec Palme
  • Médaille d’Honneur du Partisan (Interalliée décernée par l’ex-Yougoslavie)
  • Médaille Civique de 1ère Classe
  • Croix du Capitaine Michel (réseau Action Buckmaster)
  • Reconnaissance du War Office (Britannique)

En 1985, à titre de Grand Résistant, Richard HORET était reçu à Laeken par Sa Majesté Baudouin Ier, Roi des Belges,
au cours d’une cérémonie protocolaire où il avait l’insigne honneur de partager la table de celui qui allait, huit ans
plus tard, succéder à son frère sous le nom d’Albert II.
A l’occasion du 175ème anniversaire de la Belgique, vingt ans après avoir été reçu au Palais Royal de Laeken, Richard HORET est fait Citoyen d’Honneur de la ville de Fontaine-l’Evêque le 21 juillet 2005.
Humble parmi les humbles, héros parmi les héros, Richard, vaincu par la seule maladie nous a quitté le 10 octobre 2012.
Il repose aujourd’hui au cimetière de Forchies-la-Marche où ses funérailles eurent lieu en présence de sa famille,
de ses Frères d’Armes, des membres du Cercle d’Histoire de Fontaine-l’Evêque et des Anciens Combattants.
Que sa vie, son courage, son sens patriotique soient un exemple pour tous, jeunes ou anciens.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Extrait revue N° 28

Publicités