Chapelles de Leernes

Quelques chapelles
de Leernes

photos et commentaires : Roland POLIART

LE BON DIEU DE PITIE

Sur la place communale, adossée à l’église paroissiale et derrière le monument aux morts, se trouve une chapelle
d’un genre un peu spécial, sous une toiture en ardoises, avec porte à barreaux de fer et vitrée.
Elle est très ancienne et elle fut restaurée en 1947- 48, en même temps que l’église dont elle semble faire partie,
sous la direction de M. l’architecte Simon Brigode.
Elle contient une belle statue en bois représentant un Christ assis, couronné d’épines et les poignets liés.
C’est un beau type d’Ecce Homo qui paraît dater du XVe siècle. Ce Christ est à peu près en grandeur naturelle.
La dite statue fut photographiée par les soins du Ministère.
La vue remise à M. le Curé porte le cachet : Copyright A.C.L. Brussel- Bruxelles, Jubel park 10.
Parc du cinquantenaire. N° du cliché 35662A.
La chapelle est entretenue par les soins de la Fabrique d’église.

LA CHAPELLE NOTRE-DAME DE GRÂCES

Celle-ci, dont l’entretien laissait grandement à désirer, se trouvait aussi sur la place communale, au fond Est, coin des rues Alexandre Berteaux et des Combattants, en face du chevet de l’église.
Elle avait comme dimensions environ 4mx3m et 3m de hauteur environ.
Sa façade avait un portique soutenu par deux colonnes monolithes.
Sa toiture était en ardoises ; on les avait remplacées par du carton bitumé et malheureusement cela menaçait
de s’effondrer aux prochaines intempéries.
La propriété de ce monument fut discutée jadis entre la Commune et la Fabrique.
Le tribunal a donné l’usage des lieux à la Fabrique, mais en ce qui concerne la propriété, il a demandé à chacune
des parties de présenter ses droits.
La chose en est restée au point mort. On ne connaît rien de précis concernant l’origine de cette chapelle.
Il est probable qu’elle appartenait jadis à la famille Dormans qui en aurait fait don à la Fabrique, en même temps que
les terrains et des bâtiments existant encore actuellement et connus sous le nom de « Maisons de Fabrique ».
Mais il est difficile sinon impossible de recueillir à ce propos des preuves irréfutables.
Il y eut jadis des inscriptions, mais les intempéries en avaient amené la disparition.
L’intérieur contenait un autel renaissance surmonté d’une Vierge à la tête inclinée à gauche et dont les mains étaient tendues le long du corps.
Deux chandeliers achevaient le mobilier. Les deux processions paroissiales : Fête-Dieu et 15 Août s’y arrêtaient.
Autrefois, c’était là que le clergé faisait la levée des corps lors des enterrements venant de la direction de Wespes.
Le cercueil était déposé dans la Chapelle, puis porté en civière à l’église.
Cette chapelle a été démolie en 1959, on espère la rebâtir prochainement (dit en 1960).
  

CHAPELLE SAINT-MARTIN

Rue des Combattants (rue Cæbergs), percée dans le mur des jardins des « Maisons de Fabrique » citées ci-dessus, est une niche cintrée d’environ 75 cm sur 50 cm.
C’est la chapelle Saint-Martin qui fut jadis murée mais a été débouchée un peu avant la première guerre.
Elle contient une peinture sur toile due au pinceau de M. Jacobs et représentant l’évêque de Tours
partageant son manteau.
Sa base est formée par deux pierres verticales surmontées d’une autre horizontale.


CHAPELLE SAINT-ANTOINE

Auprès du puits Saint-Antoine, propriété de la commune, rue de la Plagne, il se trouvait une niche dédiée à ce Saint.
Le puits qui était à margelle a été modifié en ce sens qu’on y a placé une pompe.
L’ensemble est sans caractère mais assez pittoresque.
Une petite statue est logée dans la niche grillée qui date de plus d’un siècle.
Comme la chapelle Saint-Martin le nombre des années fit son œuvre.
Un sentier partant de la chapelle permettait de se rendre aux étangs « Baugniet » situés à l’arrière.
 

Propos recueillis dans Calvaires et Chapelles en Hainaut émis par les Amis des Calvaires et Chapelles du Hainaut.
Septembre 1960. 13ème année N°3