Poêlerie DUCENE

Le poêle :
Aperçu historique

par Lucienne Berghmans

 

Qui, chez les anciens, ne se souvient du poêle avec sa grande buse, au milieu de la classe, ou de la cuisinière sur laquelle mijotaient dans des casseroles, des mets du terroir aux parfums de thym ou de sauge ?
Bien souvent, l’eau de la bouilloire ronronnait comme le chat endormi sur les genoux du grand-père assis dans un vieux fauteuil.
Images d’un temps où le confort du chauffage central n’existait que chez les gens aisés.
Mais depuis quand le poêle a-t-ilremplacé l’âtre ouvert ?
La révolution industrielle de la moitié du XIXe siècle et l’abaissement du prix du charbon vont assurer la fabrication
des poêles.
Si, Jean-Baptiste GODIN, est incontestablement l’un des principaux initiateurs de ce changement de ce mode
de chauffage, en France et en Belgique ensuite, Victorien DUCENE de FORCHIES-LA-MARCHE débute lui aussi, en 1865
(voir généalogie de la famille DUCENE) la fabrication et la vente d’appareils de chauffage.

Les innovations techniques et de la fabrication se succèdent : l’émaillage, le feu continu, l’habillage du corps de chauffe
par de la tôle emboutie, de la fonte ornée ou recouvert de pièces de céramique…
L’esthétique soignée du poêle révolutionne le logement en devenant une pièce de mobilier qui diffuse par rayonnement
et convection, une chaleur homogène, permanente, à un prix accessible au plus grand nombre.

Dans les milieux modestes, ouvriers ou paysans, la cuisine reste encore la pièce où il fait bon vivre.
Toute la famille s’y retrouve !.
Est-ce un souvenir enfoui de ce temps déjà lointain (450 mille ans environ) où la vie sociale des hommes ayant enfin
maîtrisé le feu s’articulait autour du foyer qui réchauffe et éclaire ?.
La « belle pièce » réservée à des occasions exceptionnelles s’équipe bientôt d’un poêle.
Petit à petit, dans les familles bourgeoises, le poêle fera de la salle de séjour le lieu de vie consacré aux repas.
Les enfants quittent progressivement la cuisine pour y faire leurs devoirs.
Après la seconde guerre mondiale, chaque pièce possède sa cheminée.
Le développement du chauffage s’accompagne d’une industrie annexe (fabrication des instruments nécessaires :
seaux, pelles, charbonnières, pinces, grilles protégeant l’accès extérieur à la cave) et, d’une économie de distribution
(dépôts, marchands de charbon…).
Les mineurs reçoivent des tickets pour aller chercher directement le charbon dans la cour du charbonnage.
On utilise une charrette qui est pesée à l’arrivée (tare) et à la sortie, pour vérifier le poids du charbon emporté.
Les charbonnages ferment peu à peu et, les combustibles changent : les poêles aussi !

Sources : les cahiers de LA FONDERIE n° 35
La révolution du chauffage (Fernand Braudel)

Etablissements ADHEMAR DUCENE S. A.
POELERIE.
A Forchies- la- Marche : une maison de pères en fils fondée en 1865.
UNIQUE EN BELGIQUE !

FONDATEUR :
En 1865, DUCENE Victorien, né à Forchies-la-Marche le 13 février 1843, époux de LAFAILLE Marie, née également
à Forchies le 11 mars 1848.
Forgeron, il débute la fabrication et la vente d’appareils chauffage.
Il décède à Forchies le 4 mars 1923.
Il est père de 2 fils : Ghislain et Adhémar.
Au départ, après le décès de Victorien, les deux frères continuent ensemble l’activité mais, seul Adhémar  reprend
la direction de l’entreprise (Forchies 2-5-1882/4-12-29).
Il épouse SOMVILLE Julia, née à Forchies le 25-6-1914.
Celle-ci décède à l’âge de 30 ans en mettant au monde des jumeaux : Lucienne et Lucien, nés à Leernes le 20-3-1910.
A son tour, Lucien reprend l’entreprise familiale. Il épouse BERRA Gabrielle (Zeele 6-7-1909/ Charleroi 29-12-1989).
Le couple a 5 enfants : 3 filles et 2 fils dont l’aîné, Jean, né à Forchies le 21-05-1940 continue la tradition, aidé
de son épouse MONS Rita, née à Souvret le 3-03-1942, en reprenant l’affaire de son père, décédé à Forchies
le 8-02-1978. Jean et Rita ont 3 enfants dont 2 fils :
Etienne, né à Charleroi le 26-04-1964 et Christophe, né à Charleroi le 9-05 1968, lesquels travaillent avec leurs parents.

Propos recueillis par Lucienne Berghmans et Francis Rocca

 

 

Dans l’édition n° 12, nous présentions
deux hommes photographiés à table.

D’aimables lecteurs ont identifiés
Odon Lejuste comme étant le personnage
de gauche et précisé que celui de droite
était en réalité Lucien Ducène.

Dans l’ordre chronologique nous avons
Adhémar le grand-père, Lucien le père
et Jean Ducène le fils.