Pourquoi avoir donné le nom de MALBROUGH

Pourquoi avoir donné le nom
de MALBROUGH
à une rue
de Forchies

par Roland POLIART

Marlborough, John Churchill, 1er duc de (1650-1722),

Général anglais né dans le Devon, le 26 mai 1650, Marlborough se distingua de 1672 à 1673, sous les ordres
de son protecteur, le duc d’York, futur Jacques II, roi d’Angleterre, aux côtés des Français contre les Pays-Bas.
En 1689, il fut élevé au rang de comte de Marlborough.
En 1702 pendant la guerre de la Succession d’Espagne, nommé commandant en chef des armées anglaises
et hollandaises.
Il remporta d’éclatantes victoires sur les Français, ce qui lui valut le titre de premier duc de Marlborough.
Il mourut le 16 juin 1722 à Windsor.


Malbrough était un surnom donné à un appelé François Navez,
né à Anderlues et décédé à Forchies-la-Marche le 23 août 1913
dans sa 76ème année, veuf de Dame Norbertine Fontignies.

Ce monsieur Navez habitait la dernière maison (première bâtie dans la rue)
à gauche (n°15) avant la ruelle.
Il était mineur de profession avec comme spécialité « Repasseur de fosse ».

 

Père d’une grande famille, ayant eu 20 filles (dont 10 ont survécu) et un fils : Arthur Navez, père de Roberta Navez
habitant sur les Gaulx à Fontaine.
Il était colérique et très emporté mais très estimé car il défendait le cas de tout le monde.
Quand il buvait (assez fréquemment), il chantonnait différentes chansons dont Malbrough s’ en va en guerre.
Lors de l’appellation de la rue on choisit le nom de Malbrough en souvenir du sobriquet donné à ce monsieur F. Navez
qui rappelait, en chantant, le nom du duc de Malbrough qui a consacré la plus grande partie de sa carrière à batailler
contre les Français.
Ceux-ci inventèrent une chanson satirique annonçant la mort du Duc et qui est présumée datée de la bataille
de Malplaquet.
Le bruit avait en effet couru en pleine bataille qu’il avait été tué, mais il n’était que grièvement blessé.
Malplaquet, près de Bavay, 11 septembre 1709, au lever du brouillard vers 7h30, les troupes de Louis XIV s’apprêtent
à livrer une grande bataille qui sera la plus sanglante du siècle.
D’ un côté les troupes françaises et espagnoles, commandées par le Maréchal de Villars et le Maréchal de Bouffers,
armées forte de 80.000 hommes et 60 canons.
En face, une coalition anglaise, hollandaise et portugaise, commandée par le Prince Eugène de Savoie
et le Duc de Marlbrough comptant 120.000 hommes et 100 canons.
Cette sanglante bataille se transforma au fur et à mesure de la journée en véritable boucherie.
Elle fera 4.500 tués et 800 blessés côté français et 6500 tués et 14.000 blessés coté coalition.
Cette sanglante bataille se transforma au fur et à mesure de la journée en véritable boucherie.
Elle fera 4.500 tués et 800 blessés côté français et 6500 tués et 14.000 blessés coté coalition.

Plus de 8.000 boulets auront été tirés rien que du côté français.
Elle se terminera par le repli organisé des troupes françaises vers Bavay et Valenciennes, les forces coalisées
renonçant à les poursuivre compte tenu des lourdes pertes enregistrées.
Sir Winston Churchill :
Cet homme illustre est en fait le descendant en ligne directe du Duc de Malbrough, de son nom John Churchill.

Chanson :
Marbrough s’ en va-t-en guerre.
Mironton, mironton, mirontaine.
Malbrough s’ en va-t-en guerre.
Ne sait qu’ en reviendra (Ter)…….

Propos recueillis chez Madame Roberta Navez, petite fille de François Navez.