Au début : CALORIFUGES, FRIGORIFUGES

Au début :
CALORIFUGES, FRIGORIFUGES
– ARISTIDE MOULIN
FORCHIES-LEZ-CHARLEROI


Après : LA SPAM
Bâtiment situé
derrière l’ancienne gare de Forchies

par Roland POLIART

Usine fondée en 1865 par Louis Moulin sur un emplacement situé à 3 kilomètres de l’ ancienne gare de Forchies.
Elle était en Belgique, la première usine servant à la fabrication de calorifuge (Isolant thermique en amiante, liège,
pâte de papier, etc…).


Louis Moulin reçu la plus haute récompense à l’ exposition de Liège en 1905.
Il obtint entre autre, en novembre 1910, la demande d’ installation du calorifuge de la centrale du puits N° 1
des charbonnages deFontaine-l’ Evêque.
Sa progression reste constante pendant près d’ un demi siècle et en 1911, son fils Aristide Moulin, reprend l’industrie
de son père.
Il donne à cette vieille usine l’élan nécessaire et les résultats d’exploitation récompenserons largement ses efforts
pendant 3 ans, c’ est à dire, jusqu’en 1914.
C’ est ensuite la grande guerre et la situation reste stationnaire.
Après celle-ci, en 1918, Aristide Moulin commence la fabrication du liège aggloméré pour les isolations frigorifiques
avec laquelle il obtint un beau succès dans l’ industrie belge, mais en 1921 un incendie détruit complètement l’usine,
qui fut reconstruite sur le même emplacement.
Suite à la demande de la clientèle et à l’extension des affaires A. Moulin fut amené à acquérir des terrains merveilleusement situés, face à la gare, de Forchies et facilement raccordables aux chemin de fer.
Il construisit ensuite sur ces terrains une nouvelle usine moderne, vaste et munie de tous les derniers perfectionnement
acquis par une longue expérience, de façon à obtenir des prix de revient d’ environ vingt pour cent au dessous
de ceux obtenus dans l’ancienne usine.
Celle-ci permet de grandes économies de transport (l’ ancienne usine, comme nous le disions plus haut
était à 3 kilomètres de la gare de Forchies) et la force motrice fournie par une nouvelle centrale à gaz pauvre de 100 HP,
donne une économie considérable sur la machine à vapeur de l’ ancienne usine qui ne donnait que 25 HP
tout en consommant plus de combustible.

Malheureusement, cette usine promue à un bel avenir a du comme beaucoup d’ autres ateliers fermer ses portes.
Ces bâtiments furent rachetés début des années 70 par Georges Delval et Monique Paul.
Etant dans un état déplorable (plus de toit ni de plâtre sur les murs), de grands travaux ont été entrepris
afin de transformer cet ancien atelier en « Ateliers protégés » (FORAP) pour handicapés
et un IMP (Institut médico-pédagogique) composé en moyenne de 40 personnes dont 25 éducateurs plus des instituteurs,
médecins, pédagogues etc…

  

L’ atelier comprenait une moyenne de 60/70 personnes avec une pointe de 125 travailleurs.
Le directeur en était Georges Delval.
On y a fabriqué un peu de tout et entre autres : des gaines pour chauffage pulsé, des croisillons en carton, des gaufrettes, taraudage de colliers en zamac, pliage de lavettes pour l’ industrie automobile, emballage de clous, des platines à tartes, des fours à pain, des cuves pour lessiveuses, de l’ émaillage, etc…
En 1983, Monsieur Delval revendit les bâtiments qui après transformations et adaptations aux normes devinrent une MRS (Maison de Repos et de Soins), avec comme appellation « La SPAM «.
Cette maison accueille en moyenne 65 personnes.

 

Publicités