La guerre aérienne de 1940 à 1945 dans la région de Fontaine-l’Évêque, par Alain ARCQ

Peu de personnes connaissent les différents événements aériens qui se déroulèrent dans notre pays durant les années 1940 à 1945. Ces faits ne relevèrent pas souvent d’actes de bravoures ou de combats aériens, mais bien d’objets volants sans pilotes.

Pour rappel, cet article est un résumé de celui paru dans l’édition N°8 du C.H.A.F. de novembre 2007.
Les ballons libres
Pour la propagande ou incendiaire ?
C’est au mois de juin 1941 que les premiers ballons viennent se poser dans notre région. « Gonflé à l’hydrogène, le ballon a un diamètre de près de trois mètres, ce qui lui donne une force de traction d’environ neuf kilos, de quoi emporter plus d’un million de tracts. Ceux-ci sont suspendus par liasses sous le ballon dans une sorte de caissette en bois. Ces liasses sont reliées l’une à l’autre par une mèche d’amadou mise à feu au départ. La lente combustion de la mèche libère les paquets petit à petit et permet un largage sur une grande étendue. La mèche, en fin de parcours, enflamme alors le ballon qui se détruit. Le mécanisme est simple mais ingénieux et permet d’envoyer jusqu’à deux cents ballons par nuit.

Ballon 2

Croquis de F. DEHON pour sa brillante étude.

Toutefois, cette méthode peut parfois se révéler fort imprécise. Des ingénieurs doivent entreprendre de nombreuses études avant l’envol. Les conditions météorologiques, les surfaces à couvrir, la vitesse et la direction du vent, le nombre de tracts à emporter sont autant de paramètres qu’il faut analyser. Un seul de ces éléments négligé ou mal apprécié et le tract peut se retrouver à quelques centaines de kilomètres de l’objectif ; ce qui, dans le cas d’un petit pays comme la Belgique, prête à de lourdes conséquences…. »
On apprend également dans ce livre que les lâchers ont lieu à partir d’une base située dans le Kent, plus tard dans l’East Sussex, comtés voisins du Sud-Est de l’Angleterre. Ils se déroulent toujours la nuit afin d’éviter que l’endroit de lancement ne soit repéré par l’aviation ennemie. Cette Unité est la « M » balloon Unit dont le « M » signifie Meteorology » par souci complémentaire de camouflage, cette Unité relevant directement de la RAF (Royal Air Force).
Durant les années de guerre, ces hommes enverront 57.863 ballons transportant 95 millions de tracts qui « tomberont » sur la France, la Belgique, les Pays-Bas et l’Allemagne.
Il est bon de signaler que le nombre des ballons sera réduit à partir de 1942, le caoutchouc venant à manquer suite à l’occupation japonaise en Extrême-Orient.

Ballon 1

Approche précautionneuse d’un ballon sous lequel on peut distinguer deux bouteilles remplies probablement d’un liquide inflammable.

Mais certains de ces ballons sont également munis de bouteilles contenant un produit incendiaire. Leur largage doit théoriquement incendier des récoltes, des forêts, des constructions… et donc gêner au maximum les Allemands. D’autres traînant un câble métallique, seront sensés causer d’importants court-circuits…
Notre région sera couverte par ces trois types de ballons.
Le 29 Mai 1943, un rapport du poste XV de la Gendarmerie de Charleroi signale : « Dans l’après-midi du 29, un ballon, probablement d’origine anglaise, est tombé à Fontaine-l’Évêque, rue des Combattants. Le ballon mesure environ 1,50 mètre de diamètre et, en-dessous, sont suspendus deux petits récipients attachés à l’aide de cordes. Un de ces récipients dégage de la fumée. L’engin est tombé en dehors de l’agglomération et, en attendant l’intervention des services allemands, je fais garder ces objets ».
Approche précautionneuse d’un ballon sous lequel on peut distinguer deux bouteilles remplies probablement d’un liquide inflammable
Le 3 juin de cette même année 1943, de nombreux ballons traversent notre ciel. Six bouteilles contenant du phosphore sont ainsi découvertes dans les environs du puits N°3 des Charbonnages AMS de Leernes. Quatre de ces bouteilles étaient brisées.
Le même jour et le lendemain, des bouteilles seront également découvertes à Gosselies, Montignies-sur-Sambre et Jumet.

Ensuite ce furent les V1 ou « Bombes Volantes » et enfin les V2.
De son vrai nom Fieseler Fi 103 ou Vergeltungswaffe 1 (arme de représailles N°1), était un avion-missile sans pilote qui, lancé d’une rampe distante de quelques centaines de kilomètres, volait jusqu’à épuisement de son carburant avant de s’écraser en faisant ainsi exploser la charge placée dans son nez.
Dans notre région, bien que souvent touchée par la chute de ces engins, seule Leernes sera concernée par la chute de deux engins dont le premier le 24 septembre et le second signalé en date du 1er novembre 1944.
Pour le premier engin, le rapport de la défense passive précise que c’est un V 2…
De toute façon, les engins tombèrent en plein champ, n’occasionnant guère de dégâts car rien n’est signalé dans les différents rapports de l’époque.
Sources bibliographiques
• La guerre aérienne dans la région de Charleroi 1940-1945, de Roland Charlier, Cyndrik De Decker, Jean Léotard et Jean-Louis Roba. Éditions De Krijger 2003.
• Archives de l’État-Major de la Province de Hainaut du 12 octobre 1944 au 30 mars 1946
• Archives de l’État-Major de la Province de Hainaut. du 01 avril 1946 au 03 avril 1948

Article paru dans l’Édition N°8 de novembre 2007

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s